fbpx
Menu Fermer

À Bruges, le marché de Noël transformé en « marché d’hiver » !

Quelle triste nouvelle peut-on lire dans le journal « Voix de l’Europe », dans un article daté du 29 octobre 2018 : les organisateurs du Marché de Noël de Bruges ont décidé de le débaptiser et de le renommer « Marché d’hiver ».

Et comme si cela ne suffisait pas, tous les ornements lumineux suspectés faire référence à Noel seront remplacés par des illuminations neutres ! Décision scandaleuse justifiée par…la crainte « d’heurter d’autres croyances ». Et surtout, bien sûr, la crainte d’offenser les musulmans en donnant une touche trop chrétienne à un événement de l’Avent annonçant la fête de Noël !

Pol Van Den Driessche, membre du parti d'opposition local N-VA, dénonce à juste titre : « Nous n’avons donc pas le droit de parler d’un marché de Noël, mais seulement d’un marché d’hiver. Ce n'est pas seulement une décision complètement folle, cela va également à l'encontre de ce que nous sommes. Bruges a une tradition de Noël merveilleuse et historique et si vous êtes religieux ou non, cela fait partie de notre culture. Je ne veux pas apaiser cette forme de tolérance écœurante ». Il conclut en jugeant cette décision "incompréhensible et incroyable".

 « Vivons-nous toujours en Belgique ? Nos normes et nos valeurs s'érodent, notre culture est en train de disparaître et nos fêtes ont besoin d'autres noms. Et nous devons respecter leur fête du ramadan et du sucre », s’indigne un lecteur.

L'organisateur du marché d'hiver de Bruges, Pieter Vanderyse, a déclaré que la décision avait été prise de rendre le marché "plus neutre" pour tous. « Si nous utilisons le mot Noël, il sera associé à une religion, mais nous voulons être plus neutres », se justifie-t-il.

D'autres villes belges, dont Bruxelles, Anvers, Gand et Hasselt, ont également transformé leurs marchés de Noël en marchés d'hiver, terrains d'hiver ou plaisir d'hiver…

La plus grande vigilance s’impose contre l’arrivée d’une telle dérive, chez nous, en France.
A quand le marché de Noël de Strasbourg réduit à un simple marché d’hiver ?

Guillaume Gattermann


Recommandés pour vous