fbpx
Menu Fermer

A la mosquée de Mulhouse, un accueil privilégié pour les prédicateurs islamistes

Le plus grand centre islamique de France et d’Europe, rattaché à la sulfureuse mosquée An-Nour de Mulhouse, avait fait parler de lui récemment pour son financement occulte par une ONG du Qatar liée au terrorisme. 

Ses liens avec des prédicateurs extrémistes ont également été révélés par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles.

Au cas où il restait encore des doutes sur la dangerosité de ce « lieu d’éducation à la citoyenneté active et responsable » (selon les défenseurs du centre), voici une énième preuve : la mosquée An-Nour a invité un prêcheur radical, favorable à la lapidation des femmes adultères !

Dans une tribune consacrée à ce scandale, l’hebdomadaire Valeurs Actuelles révèle qu’il s’agit du prédicateur Youssef Ibram : « Né au Maroc, l’imam de 65 ans a été formé en Arabie saoudite, son modèle, où il a étudié pendant six ans le droit islamique, la charia. (…)Engagé en 1982 à la grande mosquée de Genève, en Suisse, il en sera licencié en 1991 par la Fondation culturelle islamique de Genève (FCIG) pour ses discours contre l’intervention américaine en Irak. »

Et ce n’est le début de sa « carrière », qui n’est pas des plus rassurantes : en 2004, alors qu’il se trouve à Zurich, il affirme de manière détachée lors d’une interview : « Je ne peux pas être contre la lapidation (des femmes adultères), car cette peine fait partie du droit de l’islam », la charia.

Lors de ses fréquents et longs séjours en Suisse – il a donné des cours de théologie à l'Université de Fribourg et même au consulat saoudien de Genève ! - le sulfureux prédicateur a même voulu créer un jardin d’enfants islamique ! Toujours selon la presse suisse, il a été aussi membre du Conseil européen de la Fatwa (ECFR), dirigé par l'Égyptien Youssef al-Qaradâwî, théologien de référence des Frères musulmans et mufti officieux du Qatar, pro-terroriste et antisémite.

Lors d’une conférence en France, à la Rencontre annuelle des musulmans de l'est, organisée par l’Amal - filiale locale de l’UOIF, la branche française des Frères musulmans - il affirme : « C’est bien de s’attacher à son pays, je ne dis pas le contraire, mais ça ne doit jamais primer sur les valeurs de l’Islam. »

En mars 2015, lors d’une réunion consacrée à la liberté d’expression, Youssef Ibram déplore l’islamophobie en Europe : « Pourquoi est-ce l’islam qui est toujours ciblé ? Je n'arrive pas à comprendre […]. Les musulmans pensent que le monde occidental a déclenché une nouvelle croisade. » D’ailleurs, « pourquoi ne met-on pas de garde-fous ? demandait-il. Toucher à Mahomet, mon modèle de comportement, c’est comme toucher à mes parents […].»

Malgré ce « curriculum » chargé, le prédicateur islamiste continue ses visites et prêches en toute impunité, et en comptant cette fois avec le soutien bienveillant de la mosquée radicale An-Nour de Mulhouse.

Guillaume Gattermann


Recommandés pour vous

>