fbpx
Menu Fermer

Association militante pro-immigrée autorisée à intervenir dans les écoles

Un article du 12 janvier 2019 publié sur le site d’information Boulevard Voltaire est des plus éclairants sur l’actuelle politique migratoire en France, si favorable aux migrants. Même le ministère de l’Education nationale est complice de ce phénomène, en voici la preuve flagrante.

L’association SOS Méditerranée vient de recevoir l’agrément du ministère de l’Éducation nationale, par arrêté publié au Journal officiel du 9 janvier 2019 et peut désormais intervenir dans les établissements scolaires afin de répandre sa propagande pro-migrants. Le ministre Jean-Michel Blanquer officialise ainsi l’entrée à l’école d’une association qui a suscité, ces derniers mois, la polémique.

Selon la rédaction de Boulevard Voltaire, « il suffit de se référer aux propos et aux images contenus dans la vidéo d’appel aux dons pour comprendre combien il est facile de jouer sur la sensibilité et la générosité des élèves au détriment de l’objectivité : « C’est l’histoire d’un capitaine, d’un bateau européen et de citoyens engagés. Fidèles au principe de solidarité des gens de mer, ils créent SOS Méditerranée…»

La rédaction souligne, à juste titre, qu’évoquer les flux migratoires à l’école revient aux historiens et non pas aux associations militantes : « Sur un tel sujet, l’information doit être complète, n’écarter aucune donnée du problème et s’abstenir de tout militantisme. Le ministère peut-il assurer que ce sera le cas de SOS Méditerranée ? S’il faut aider les élèves à comprendre la complexité du monde et aiguiser leur jugement critique, un tel objectif ne s’accommode guère d’une pensée nécessairement orientée. En ouvrant la porte à des associations militantes, le ministère trahit sa mission de neutralité. »

Et si ce n’était pas suffisant, le journal d’information révèle que l’association en question, « très engagée dans le sauvetage de l’Aquarius a dû mettre provisoirement un terme aux opérations, privée de pavillon. Elle explore activement toutes les options pour obtenir un nouveau navire et une nouvelle immatriculation. Voici donc que le ministère, volontairement ou non, se porte au secours de cette ONG dont le rôle est, pour le moins, controversé » ! Et lui ouvre les portes des écoles, permettant de diffuser son poison idéologique à nos enfants, sans aucun discernement ni contrôle !

« Se pose donc la question de la responsabilité des autorités publiques dans l’intrusion, à l’école, de points de vue discutables, qui s’écartent de la transmission objective des savoirs et tombent dans le prosélytisme », conclut l’article de ‘Boulevard Voltaire’. Tout est dit !

Guillaume Gattermann


Recommandés pour vous

>