fbpx
Menu Close

Australie : la loi autorise un adolescent à changer de genre, contre l’avis de sa mère

L’affaire fait beaucoup de bruit en Australie, et pourrait avoir des répercussions jusqu’en Europe dans le futur, comme un « bon exemple » de la justice.

Le juge du tribunal des affaires familiales de Sydney a décidé que Thomas, 16 ans, serait autorisé à effectuer une « transition de genre », en dépit du refus de sa mère. Les parents de Thomas, divorcés depuis 2017, sont en désaccord sur la question : son père, soutenu par sa nouvelle compagne, encourage Thomas à devenir une fille ; sa mère s’y oppose catégoriquement, allant jusqu’au procès.

Thomas – dont le pseudo est Imogen pour le procès – et sa sœur Olivia ont assisté depuis l’enfance à « d’âpres disputes et des violences », ils ont été « profondément malheureux pendant plusieurs années ». Sa sœur a commencé à s’automutiler et à présenter des troubles du comportement. En 2018, un médecin a noté qu’ « Imogen présentait une maladie dépressive majeure associée à l’anxiété et à la panique » et le juge reconnait « qu’Imogen présente des difficultés de santé mentale coexistantes complexes et répandues ».

Avec l’aide de sa belle-mère, Thomas a déjà fait congeler son sperme l’année dernière et acheté des hormones féminisantes sur Internet.

Selon la loi australienne, un adolescent responsable peut initier un traitement hormonal de changement de sexe à partir de l’âge de 16 ans, sauf si l’un des parents s’y oppose. Dans ce cas précis, la mère a argué que son fils « était incapable de comprendre pleinement le traitement aux hormones sexuelles croisées » et « avait une confiance mal placée dans les effets positifs de la transition ». Elle estime qu’il n’est pas « Gillick compétent », la norme utilisée pour « déterminer si un enfant peut prendre des décisions juridiquement contraignantes ». La mère de Thomas est convaincue que les difficultés d’identité de son fils relèvent plutôt de la psychothérapie, et non d’un médicament. « Quelle que soit la façon dont on le considère, Imogen est un adolescent très perturbé. Un changement de sexe ne changera peut-être pas grand-chose à cela. »

Le juge du tribunal des affaires familiales de Sydney a donné raison à l’adolescent, laissant de côté les arguments de sa mère. Il va commencer à prendre son traitement hormonal de modification. 

Dans une affaire historique sur la dysphorie de genre et la transition entre les sexes, un juge du tribunal de la famille de Sydney a décidé qu’un garçon de 16 ans devrait être autorisé à passer à une fille malgré les objections de sa mère.

Les parents d ‚«Imogen», le pseudonyme utilisé par la Cour pour désigner un garçon nommé Thomas, sont divorcés et en désaccord au cours de la transition. Sa mère s’y oppose; son père, avec qui il vit, le soutient.

Imogen a apparemment eu l’impression d’être une fille de 6 ou 7 ans. Il voulait commencer un traitement aux œstrogènes, mais cela a été bloqué par un procès intenté par sa mère. Maintenant, il peut continuer. „Nous avons obtenu le résultat hier soir et nous avons pleuré un peu“, a déclaré le père d’Imogen au Sydney Morning Herald.

Selon le jugement , la loi australienne est claire: un jeune de 16 ans compétent qui souhaite faire la transition est libre de commencer un traitement hormonal sans intervention des tribunaux. Ce n’est que si l’un des parents s’oppose au consentement ou au traitement que le tribunal doit intervenir.

Dans ce cas, la mère d’Imogen a allégué qu’il n’était pas «Gillick compétent», la norme utilisée pour déterminer si un enfant peut prendre des décisions juridiquement contraignantes. Elle a dit qu’Imogen était incapable de comprendre pleinement le traitement avec des hormones sexuelles croisées et avait une confiance mal placée dans les effets positifs de la transition. Elle a suggéré une psychothérapie plutôt que des médicaments pour la dysphorie de genre d’Imogen.

Mais le juge Garry Watts a déclaré qu’Imogen était compétente pour comprendre la gravité des problèmes en cause et pouvait commencer le traitement.

La section «Contexte pertinent» de l’arrêt rend la lecture très troublante. Les parents se sont mariés en 2003, ont eu deux enfants, Imogen et Olivia, et se sont séparés en 2017. Le mariage a été marqué par d’âpres disputes et de violences. Les deux époux se sont remariés par la suite. La nouvelle partenaire du père, Mme R, «faisait des recherches sur les minorités de genre et leur accès aux traitements médicaux» – ce qui peut avoir influencé la décision d’Imogen de faire la transition.

Les deux enfants sont désespérément malheureux depuis plusieurs années. Imogen a reçu un diagnostic de dépression et Olivia a commencé à s’automutiler et à se comporter bizarrement à la maison et à l’école. En 2018, un médecin notait que «Imogen présentait une maladie dépressive majeure associée à l’anxiété et à la panique mais sans idées suicidaires». Le juge a noté que «le Dr C et le Dr D’Angelo conviennent que Imogen a des problèmes de santé mentale coexistants étendus et complexes. „

En 2019, Imogen a congelé son sperme et a commencé à acheter une hormone féminisante à l’étranger sur Internet.

Nathalie Burckhardt

Source : https://www.genethique.org/changement-de-sexe-a-16-ans-son-avis-prime-sur-celui-de-sa-mere/

Photo : Image par StartupStockPhotos de Pixabay_01

Recommandés pour vous

>