fbpx
Menu Fermer

Bébé « à trois parents » : un acharnement procréatif toujours plus grave

C’est une nouvelle à peine croyable tant cela paraît absurde et choquant : un bébé es né de ... trois parents ! C’est ce que rapporte Le Monde, dans un article publié le 11 avril 2019.

Un bébé conçu avec l’ADN de trois différentes personnes est né en Grèce, a annoncé l’équipe médicale gréco-espagnole dirigée par l’embryologiste grec et président de l’IVF (Institute of Live) Panagiotis Psathas,  qui a procédé à cette conception assistée.

Selon cette technique de conception assistée, l’équipe médicale en question a transféré les matériaux génétiques contenant les chromosomes de la mère dans l’ovule d’une donneuse dont les matériaux génétiques avaient été enlevés. La fécondation a ensuite été réalisée in vitro avec le sperme du père et l’embryon implanté dans l’utérus de la mère.

Un bricolage génétique effarant, qui témoigne de l’inquiétante course au « droit à l’enfant » de notre société, sans aucune prise en compte des repères fondamentaux dont ce même enfant sera privé !

Suite à cette soi-disant avancée scientifique, le docteur Psathas s’est félicité dans un communiqué : « Aujourd’hui, pour la première fois dans le monde, le droit inaliénable d’une femme à devenir mère avec son propre matériel génétique devient une réalité. »

Mais les risques pour la santé future des bébés sont occultés : impossible de prévoir l’impact de telles modifications, héréditaires qui plus est, sur la santé et le développement de ces bébés, tests grandeurs nature, cobayes et otages de leur propre conception.

Tim Child, professeur et directeur médical à l’université d’Oxford, s’alarme : « Les risques de la technique ne sont pas entièrement connus, bien que considérés comme acceptables s’ils sont utilisés pour traiter la maladie mitochondriale, mais pas dans cette situation. »

Les risques pour la santé future des bébés sont occultés : impossible de prévoir l’impact de telles modifications, héréditaires qui plus est, sur la santé et le développement de ces bébés, tests grandeurs nature, cobayes et otages de leur propre conception.

Cette nouvelle invention procède d’une terrible tentation de toute-puissance, de mainmise sur la vie, qui conduisent à ces caprices modernes : la création de bébés à l’aune des désirs individuels, quel qu’en soit le prix à payer… par l’enfant lui-même.

Le temps est venu de défendre, pour les générations futures, un droit à un héritage génétique non modifié et un retour à la procréation non artificielle.

Nathalie Buckhardt


Recommandés pour vous

>