fbpx
Menu Close

« Daech tente de pénétrer au cœur des services de renseignement »

Lors d’un entretien à Valeurs Actuellesen octobre dernier,Bernard Squarcini, ancien patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) alerte sur la progression du terrorisme islamiste au sein même des services de renseignement français.

Aujourd’hui à la tête du cabinet d’intelligence stratégique Kyrnos, il explique qu’« avec l’évolution de la menace terroriste religieuse, Daech, via son service de renseignement Amnyat tente également de pénétrer les services européens et les armées. La menace est donc doublée. »

A la DGSI, affirme-t-il, toute « conversion à l’islam constitue le début d’une enquête de sécurité qui va être approfondie. Elle peut se doubler d’une enquête judiciaire de compromission ou d’apologie du terrorisme selon la caractérisation des faits. »

Les collaborateurs de confession musulmane font aussi l’objet d’un contrôle permanent et aléatoire comme les fonctionnaires d’autres confessions.

« Il en va de même pour les traducteurs et interprètes de langues rares, ou tout autre expert contractuel concourant à la lutte antiterroriste. Toute velléité de radicalisation est immédiatement prise en compte et purgée. Le contrôle est également effectué au quotidien par les collègues de travail qui rendent compte de tout détail laissant présumer un changement de comportement pouvant déboucher sur une vulnérabilité. »

« L’application et le rappel permanent des règles de sécurité conditionnent le bon fonctionnement et la pérennité du service de renseignement intérieur, indispensable à la protection de nos institutions », conclut Bernard Squarcini.

Cependant, la capacité de « dissimulation » des islamistes complique gravement la tâche, exigeant une double vigilance constante et ce, dans tous les domaines professionnels, hélas.

Et si cela ne suffisait pas, avec la crainte de nos compatriotes d’être accusés de « islamophobie », nos ennemis ont encore de beaux jours devant eux !


Recommandés pour vous

>