fbpx
Menu Fermer

Education : les ravages du smartphone sur nos enfants

Deux journalistes du Figaro, Caroline Beyer et Agnès Leclair ont enquêté sur les effets néfastes du smartphone dans l’éducation de nos enfants. Leur reportage a été publié le 13/02/2019 sur le site internet du quotidien.

Elles dressent une liste accablante des troubles du comportement dus à l’utilisation excessive de l’écran : « Des tout-petits ingérables à la crèche, des élèves de maternelle qui ne répondent pas à leur prénom ou sont incapables de tenir leur stylo, des écoliers qui peinent à se concentrer, des élèves amorphes en cours… »

« Depuis plusieurs années déjà, des pédiatres, des pédopsychiatres, des professionnels de la petite enfance et certains enseignants tirent la sonnette d'alarme. Alors que les foyers comptent désormais près de 6 écrans, l'inquiétude sur la surexposition des plus jeunes aux tablettes, smartphones, ordinateurs ou à la traditionnelle télévision ne cesse de croître », révèle l’enquête.

Selon les chiffres de l’Education Nationale, « depuis 2010, les troubles du langage et de la parole ont progressé de 94 %, et les troubles intellectuels et cognitifs de 24 % ».

Caroline Fel, adjointe au maire d'Angers en charge de la famille et de l'enfance, estime qu’un « nombre croissant d'enfants hermétiques à leur environnement, d'enfants qui ne parlent pas, d'enfants aux comportements agressifs ou anormalement passifs » intègrent les structures de petite enfance.

« Les professionnels de terrain rapportent que des tout-petits arrivent dans la poussette avec le téléphone portable de leur maman. Certains ne s'intègrent pas au groupe, ne saisissent pas des cubes, ne tournent pas les pages d'un livre, mais les effleurent comme un écran tactile. (…) leur usage intensif (des écrans) empêche ces enfants de découvrir le monde !», dénonce-t-elle.

Autre témoignage, celui de cette enseignante de CE1 d'une école publique de Maisons-Alfort, qui s'inquiète de voir « un bon tiers de ses élèves suivis par un psy ou un orthophoniste ». Un phénomène qu'elle attribue au « gavage d'écrans » et à « un visionnage de la télévision jusqu'à des heures très tardives ». « En classe, l'attention des élèves est tellement réduite que j'ai dû adapter ma pédagogie. (…) Ces problèmes de concentration se conjuguent avec des problèmes de raisonnement. Il est devenu difficile de leur faire faire des additions avec retenue. Beaucoup attendent la correction sans même essayer de faire les exercices », se désespère-t-elle.

L’éducation des enfants à l’écran reste un défi crucial que doivent affronter avec sagesse et fermeté les parents de notre époque actuelle.

Nathalie Burckhardt


Recommandés pour vous

>