Menu Fermer

Espagne : un cardinal dénonce vigoureusement la théorie du genre

Le site d’information LifeSiteNews a rapporté le 7 février 2019 les propos de l’archevêque de Valence, le cardinal Antonio Cañizares Llovera, lors d’une campagne en faveur de l'éducation catholique en Espagne. En voici le contexte.

Le cardinal Cañizares a rejoint la campagne contre le gouvernement qui porte le hashtag « Yoelijo » (je choisis) et représente 150 000 familles et 700 écoles de la province de Valence. Après avoir déterminé que le plan du gouvernement actuel viole la Déclaration universelle des droits de l'homme et la constitution espagnole, ses partisans font campagne sous le slogan : « Sans éducation dans la liberté, il n'y a pas de démocratie. »

En effet, en novembre 2018, la législature provinciale de Valence a adopté un projet de loi interdisant les thérapies visant à détourner l'orientation d'une personne de l'homosexualité ou de l'identité transgenre. Des amendes pouvant aller jusqu'à 120 000 euros sont infligées aux contrevenants à la nouvelle loi !

Toujours en 2018, Dolorès Montserrat, ancienne ministre espagnole de la Santé, des Services sociaux et de l'Egalité, a déclaré qu'elle souhaitait que chaque école dispose d'un éducateur chargé de promouvoir le féminisme et de prendre des mesures contre le « machisme » et la « violence de genre ».

Le cardinal Cañizares a dénoncé ce qu'il considère comme une menace du gouvernement à la liberté. « Nous devons défendre la liberté », a-t-il déclaré à ses auditeurs. « Nous voulons être libres, totalement libres, et c'est le but de la campagne. »

« Les lois adoptées par la législature provinciale, censées protéger la communauté LGBTQ, constituent une atteinte à la liberté et sont de nature stalinienne », a-t-il dénoncé avec force.

La politique de l’Espagne en matière de genre a été l’un des thèmes dont le cardinal s’est le plus exprimé. Il a conclu son intervention en ces termes courageux : « La plus grande menace à laquelle l'humanité fait actuellement face est l'idéologie du genre ». Il a également exhorté ses auditeurs à se mobiliser, affirmant que la théorie du genre conduirait à « la détérioration de notre humanité ».

Antoine Béllion