fbpx
Menu Fermer

Face à l’Islam, le déni persiste et signe

Dans une tribune du Figaro publiée le 31 juillet 2019, le sociologue et directeur de recherche au CNRS Philippe d'Iribarne, analyse « les freins psychologiques et les blocages culturels qui conduisent les Français au déni sur certains aspects de l’Islam. »

Il dénonce en premier lieu l’hypocrisie de la gauche française : officiellement, celle-ci s’affirme passionnément attachée à la liberté et à l’égalité. Prenons l’exemple alors des « pays musulmans qui témoignent jour après jour du fait que l’Islam fait mauvais ménage avec l’une et l’autre (…).On pourrait donc s’attendre à ce que la gauche dénonce massivement cette hostilité aux valeurs de la République. (…) Mais, bien au contraire, la majorité d’une gauche dite antiraciste dénonce plutôt ceux qui jettent sur le monde musulman un regard empreint de réalisme. »

Se construit alors un mythe indéboulonnable de nos jours : celui d’un « Islam imaginaire, religion de paix, protégé par une sorte de muraille de Chine de ce qu’enseigne l’observation, présenté comme le «vrai Islam». Tout ce qui questionne l’image d’Épinal ainsi construite est réputé n’avoir « rien à voir avec l’Islam » ou du moins relever de simples « dérives ».

Toutes les excuses sont de sortie : « Les musulmans qui sombrent dans le terrorisme ont des problèmes psychiatriques ou sont victimes de sociétés qui les rejettent. Alors que la colonisation française du Maghreb est déclarée ‘crime contre l’humanité’, la colonisation musulmane de l’Espagne est présentée comme éminemment civilisatrice, facteur de culture et de paix. »

Deux poids, deux mesures, encore et toujours…

Et puis, fait remarquer M. d’Iribarne, « comme la meilleure défense est l’attaque, ce sont ceux qui prêtent attention aux aspects problématiques de l’Islam qui sont dénoncés, déclarés islamophobes, accusés d’être aveuglés par une hostilité viscérale envers l’Islam en soi et les musulmans en tant que tels. Là encore, le discours ne veut rien connaître des faits. »

Pire, « le simple fait de scruter sans a priori la réalité du monde musulman fait scandale, car cela risque de conduire à ‘stigmatiser’ un groupe particulier de citoyens. »

Il s’agit bien d’un aveuglement socio-politique des plus dangereux, qui fait le jeu des islamistes.

Antoine Bellion


Recommandés pour vous

>