fbpx
Menu Close

France, le pays de la liberté pour profaner les églises !

« Dans la France déchristianisée, les églises et cimetières sont des cibles récurrentes. Les chiffres augmentent chaque année, sans réponse politique sérieuse », pointe la journaliste de Valeurs Actuelles, Charlotte d’Ornellas, dans un article publié le 26 décembre 2019.

Le chiffres du ministère de l’Intérieur pour l’année 2018, révélés dans l’article, font frémir : 1 063 actes antichrétiens - trois par jour ! -, pour un nombre d'interpellations dix fois moins important.

En dix ans, souligne Charlotte d’Ornellas, les atteintes aux cimetières, églises et chapelles ont triplé : 275 en 2008, 881 en 2018. La cause ? « Une inaction politique totale », accuse Claude Bodin, ancien député UMP, qui présidait, en 2011, un groupe d'étude parlementaire sur le sujet.

En quoi consistent ces actes antichrétiens ? « Beaucoup de vandalisme (feux, excréments, jets de pierres, statues brisées…), des dizaines de vols (cloches, tuyaux d'orgue en cuivre, statues, objets sacrés…) et quelques actions ouvertement sataniques, anarchistes ou néonazies, qui restent cependant très minoritaires », énumère la journaliste.

Mgr Ginoux, évêque de Montauban, réagit : « Français, je suis l'héritier d'une civilisation qui a toujours considéré les lieux sacrés comme inattaquables. Mais en tant qu'évêque catholique, je rappelle qu'une profanation - l'atteinte à ce qui relève de la foi - demande la fermeture de l'église jusqu'à ce que soit dite une messe de réparation. C'est grave et extrêmement douloureux pour les catholiques. » 

« Les générations nouvelles font preuve d'une méconnaissance profonde de ce qui relève de la culture élémentaire, s’alarme Mgr Ginoux. S'ajoutent à ceci des forces athées violentes ainsi qu'un islamisme radical qui rêve lui aussi de voir disparaître la religion catholique. » Tout est dit.

Certaines mesures basiques, comme des caméras de surveillance et l’appui des forces de l’ordre, pourraient aider à une meilleure protection. Il suffirait que le pouvoir politique le décide et se montre ferme une fois pour toutes, pour mener une action efficace.

Malheureusement, si nous sommes dans le pays des nombreuses églises profanées, nous sommes aussi dans celui des deux poids deux mesure avec un mépris certain pour tout ce qui touche l’Eglise catholique.

Mgr Ginoux lance alors un appel : « Que tous ceux qui sont attachés à leurs églises et affolés par ces chiffres se souviennent que la présence est la meilleure protection ! Qu'ils y entrent ! »

Nathalie Burckhardt


Recommandés pour vous

>