fbpx
Menu Fermer

France, qu’as-tu fait de tes églises ?

Après la tragédie de l’incendie de Notre-Dame, les Français découvrent soudain que des milliers d’églises sont en danger, comme le révèle Le Figaro, dans un article publié le 24/04/2019 : « L’Observatoire du patrimoine religieux (OPR) recense 500 édifices religieux en péril - dont 14 à Paris - et plus de 5 000 sites délabrés. »

La situation est alarmante : « Infiltrations d’eau, risques de court-circuit, invasion de mérule, chutes de pierres… Même les cathédrales sont parfois mal en point. Entre les piliers du transept de la cathédrale de Beauvais, des étais sont en place depuis près de trente ans. Éventrée par la tempête en janvier 2017, la rosace de la cathédrale de Soissons n’est toujours pas restaurée. »

Le quotidien souligne que, si l’État est propriétaire des 87 cathédrales, ce sont les communes qui sont chargées d’entretenir toutes les églises construites avant 1905 (la quasi-totalité des 42 258 églises et chapelles paroissiales dénombrées par la Conférence des évêques de France).

Édouard de Lamaze, président de l’Observatoire du patrimoine religieux, tire la sonnette d’alarme à ce sujet : « Les communes doivent trop souvent faire face à des travaux urgents car longtemps négligés, qui dépassent le million d’euros. Faute de pouvoir les entretenir correctement, mairies et diocèses n’hésitent plus à vendre : 5 % à 10 % du patrimoine religieux pourrait être vendu, détruit ou abandonné d’ici à 2030. »

La directrice générale de la Fondation du patrimoine, Célia Vérot, a également réagit après le drame de l’incendie : « Il y a partout en France des petites Notre-Dame !  On a l’impression que le message de Notre-Dame, c’est de souligner l’urgence pour les autres bâtiments. »

Comme, par exemple, pour l’abbaye de Longues-sur-Mer, fondée au XIIe siècle. Les propriétaires, Isabelle et Jérôme d’Anglejan, ont déjà consolidé les murs des autres bâtiments et espèrent pouvoir maintenant restaurer le chœur de l’église, qui menace de s’effondrer.

 M. et Mme d’Anglejan livrent un beau témoignage : « L’idée n’est pas de se limiter à remettre un toit sur le chœur pour faire venir des touristes. C’est de redonner une âme à cette église et, à terme, sa vocation spirituelle. »

Le nombre d’églises en ruine n’est-il pas en effet le signe de la perte de la foi en France ?

Antoine Béllion


Recommandés pour vous

  • >