fbpx
Menu Fermer

Google censure le mot « famille »

« Offensant, homophobe », le mot « famille » est dans le collimateur de nombreux employés de Google dont on apprend qu’ils ont contraint le géant des moteurs de recherche à modifier son emploi du mot en mars 2017. Horreur : la famille désignée dans un document faisant la promotion de produits pour enfants était de forme traditionnelle, composée de parents et enfants. Voilà qui « exclut » les personnes sans enfants, celles qui ne sont pas mariées, mais aussi les animaux et les adeptes du multi-partenariat !

Le plus extraordinaire, c’est que Google a plié devant ses protestations, s’il faut en croire des documents internes cités par le média conservateur américain Daily Caller, au sujet desquels la direction de Google, sollicitée, n’a fait aucun commentaire.

Tout s’était déclenché au QG californien lorsqu’un employé a quitté une réunion, furieux d’un emploi restrictif du mot. Des messages avaient commencé à circuler pour dire que le mot « famille » n’implique pas d’avoir des enfants et que Google devait cesser de l’employer en ce sens. Messages qui ont, selon le Daily Caller, recueilli des commentaires favorables émanant d’une centaine de personnes. Plusieurs d’entre elles ont clairement annoncé désigner leurs animaux de compagnie, leur époux, leur petit ami, leurs parents, voire leurs multiples partenaires transgenre comme leur « famille ».

Chez Google, les censeurs ont multiplié les explications. Parler de famille au sens classique, c’est « méprisant et irrespectueux ». Dire « enfants » suffit – après tout, il y a des enfants sans famille. Ce mot-là n’est acceptable qu’à condition de ne pas se référer à la notion de parents, histoire de ne pas limiter son sens au monde des « hétérosexuels » – il n’y a que les organisations « profondément homophobes qui emploient le mot “famille” comme synonyme d’“avec enfants” ».

Qu’on se le dise : l’expression « convient à toute la famille » est tout aussi contraire à la pensée unique… révolutionnaire.

Une révolution que le vice-président de Google, Pavni Diwanji, assume sans arrière-pensées. « Je me rends compte de ce que nous avons dit a pu soulever des inquiétudes à propos de la manière dont nous parlons des familles. Il y a aussi des familles sans enfants, et nous avions aussi besoin de prendre davantage conscience du fait que les parents et les familles sont constituées de manières très diverses. S’il vous plaît, aidez-nous à atteindre un meilleur état. Apprenez-nous à parler de tout cela d’une manière inclusive, si vous avez le sentiment que ce que nous faisons n’est pas bien. En tant qu’équipe, notre culture est très inclusive, et nous voulons faire ce qui est bien dans ce domaine. »

Faire le bien ? La notion est devenue aussi glissante que celle de famille…

Jeanne Smits


Recommandés pour vous

>