fbpx
Menu Fermer

Inde : le lobby LGBT, nouvelle vache sacrée

Ce n’est pas uniquement dans le monde occidental que le lobby LGBT fait la loi. En Inde, la justice vient de plier devant cette nouvelle vache sacrée. C’est ce que révèle le site Réinformation.TV dans un article publié le 7 septembre 2018, au lendemain de la dépénalisation de l’homosexualité dans ce pays à la suite d’une décision de la Cour suprême.

« L’Histoire doit des excuses aux membres de la communauté LGBT et à leurs familles pour le retard apporté à réparer l’ignominie et l’ostracisme auxquels ils ont dû faire face au cours des siècles », ont déclaré les juges. Et d’une, les relations homosexuelles ont été totalement dépénalisées. Et de deux, et c’est sans doute le plus fort, l’homosexualité a été confirmée comme un état « complètement naturel » faisant partie de la sexualité humaine de toujours.

Une formation constitutionnelle de cinq juges a jugé à l’unanimité que la partie de l’article 377 du Code pénal indien érigeant en infraction les relations sexuelles consensuelles entre adultes de même sexe, en privé, violait le droit constitutionnel à l’égalité et à la dignité.

Mieux, le tribunal a qualifié l’orientation sexuelle de « phénomène biologique (…), naturel » : c’est « un attribut inné de l’identité qui ne peut être modifié ». En bref, la majorité ignorait que l’homosexualité était une variante naturelle de la sexualité humaine, totalement indépendante d’une quelconque volonté individuelle…

Quant à « l’ostracisme » dont auraient été victimes les homosexuels, les médias indiens en attribuent la responsabilité au colonisateur britannique…

Pourtant, Réinformation.TV rappelle que l’Inde ancienne n’a jamais érigé l’homosexualité comme une variante unanimement admise de la sexualité et ce trait de civilisation reste inscrit au cœur de la société traditionnelle hindouiste.

En fait, la promotion de l’homosexualité telle que nous la connaissons est un phénomène inédit dans l’histoire, seulement préfiguré par les mœurs de Sodome et Gomorrhe, dont chacun devrait se souvenir la fin tragique…

Guillaume Gattermann


Recommandés pour vous