Menu Fermer

La gastronomie française accusée de fomenter les discriminations !

La gastronomie française est un instrument raciste au service des Blancs.

Qui diffuse cette affirmation délirante ? Sciences-Po Paris ! 

La prestigieuse école parisienne qui forme l’élite de demain a diffusé une vidéo hallucinante sur Twitter. On y voit une chercheuse du CNRS professant à l'université du Connecticut, aux Etats-Unis, accuser la cuisine française de renforcer « la blanchité comme identité raciale dominante ». Cette chercheuse, Mathilde Cohen, tient des propos si absurdes qu’on a le sentiment d’assister à un sketch. 

Voici quelques extraits des propos tenus en anglais par Mme Cohen depuis sa cuisine et sous-titrés dans le volapük inclusif en vigueur :

  • « Les habitudes alimentaires sont façonnées par les normes des classes moyennes supérieures blanches. »
  • « Le repas français est souvent présenté comme un rituel national auquel tous les citoyens ne peuvent participer à égalité. »
  • « Les normes alimentaires chrétiennes et blanches représentent la position de défaut (dans les cantines). »

Cette logorrhée est utile car elle montre toute l’absurdité de la culture woke venue des Etats-Unis.

Même si les propos tenus par Mathilde Cohen peuvent prêter à sourire, ils ne sont pas anodins, et pas seulement parce qu’une école prestigieuse s’en fait l’écho. Voici quelques éléments de réflexion pour mieux comprendre la problématique.

L’art culinaire est constitutif de la culture française et de la civilisation chrétienne. En effet, on vient du monde entier pour dîner dans les plus prestigieux restaurants français. Et pas seulement pour le goût souvent exquis des aliments. En France, s’alimenter est une cérémonie, un rituel. C’est une expérience qui révèle à l’homme sa nature spirituelle. La matière n’est pas niée, mais sublimée par l’art du repas.

C’est d’ailleurs le propre de l’homme d’élever l’alimentation au-delà d’une simple nécessité vitale.

Logiquement, en dignifiant l’homme, pour lequel Dieu a donné Sa vie, le christianisme dignifie aussi l’alimentation. Le repas pris en commun devient l’occasion d’une communion spirituelle entre les convives, à l’image des noces éternelles. C’est d’ailleurs à l’occasion d’un repas – les Noces de Cana – que le Christ commence sa vie publique. Et c’est à l’occasion d’un autre repas, la Sainte Cène, qu’Il l’achève. 

Il ne s’agit plus seulement de rassasier les corps, mais d’élever les âmes. Ce n’est donc pas pour rien que la cuisine raffinée est le signe d’une civilisation élevée…

Pour approfondir le sujet, cliquez sur ce lien et regardez la vidéo avec le texte en entier !

Posted in Declin Moral

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 2 =