Menu Fermer

La traditionnelle « Fête des mères » bientôt remplacée par la « Fête des parents »

Dans un article daté du 12-06-2018, le quotidien La Voix du Nord dresse un constat inquiétant au sujet d’une fête si ancrée dans nos traditions : « Plus encore que les années précédentes, des voix s’élèvent pour demander que soient supprimées les traditionnelles Fête des mères et Fête des pères et qu’elles soient remplacées par une fête « correspondant à tous les enfants », « Fête des parents » ou « Fête des gens qu’on aime » …

Une bonne intention (l’enfer n’est-il pas pavé de bonnes intentions ?) semble être à l’origine de cette scandaleuse déviance : « penser d’abord à l’enfant » et « souligner combien ce moment peut être délicat pour ceux qui n’ont plus l’un ou l’autre de leurs parents, pour les familles homoparentales, ainsi que pour les familles recomposées, où beau-père et belle-mère ont bien rarement droit à un présent » Et, bien sûr, pour les couples homosexuels ou lesbiennes ! Le lobby LGBT est bien derrière cette savante manœuvre.

Le principe est d’ailleurs même déjà rentré en vigueur dans plusieurs écoles de la région…et devient « normal » pour tout le monde. En témoigne ce  message sur Twitter destinés aux « parents », pour le jour de la fête: « Quelques #fleurs, #pivoines #roses #gerberas pour les papas, les mamans, les mamans avec des mamans ou des papas, les papas avec des papas ou des mamans, ou encore les parents solos »…

Cependant, et c’est heureux, la transformation des fêtes dédiées aux pères et mères en une seule et même fête est loin de faire l’unanimité.

Quelques témoignages le soulignent : « Personnellement, c’est ma fête préférée dans l’année », écrit ainsi Éloïse. « Les parents sont en mesure de gérer avec leur enfant, ce n’est pas à l’école de gérer ça » ajoute Anna tandis qu’Arthur s’inquiète que « l’on finisse par supprimer Noël et Pâques ». A juste titre.

Guillaume Gattermann


8 Comments

  1. anthony

    Je pense qu’ils faut laisser les familles décider de fêter telles ou telles traditions sans que le gouvernement intervienne, car ce n’est pas son rôle, quant a l’école publique, ils feraient
    bien de s’occuper de leurs enseignements défaillant ou les élèves ne savent même pas lire et écrire correctement . Les traditions appartiennent a chacun et je pense qu’il est temps que l’endoctrinement scolaire cesse une bonne fois pour toute.

  2. Janin

    On perd nos traditions,et avec nos repères,on veut nous faire entrer dans un moule commun sans personnalité,si c’est çà l’avenir dans quel monde allons nous vivre

  3. LEBEDEL

    Délire total. Comme le disait le poète Albert Samain : « voici venu le temps de l’androgyne ». On ne sait plus qui l’on est et l’on est incapable d’être ce qu’il faudrait que l’on soit. Tragique. Mais combien de jeunes mères se comportent comme des gamines. Combien de « jeunes » de 30 / 35 ans sont totalement immatures…
    Il n’en reste pas moins que, depuis la fin du XIX ème siècle, dans les milieux chics, on s’est plu à inverser les valeurs et singulièrement le sens du beau, du vrai. L’après-guerre, les pitoyables années 20 en a remis une couche. Dès les années 50, grâce à l’apport de la brillante civilisation américaine, le mouvement de déchéance a repris de plus belle et mai 68 (future fête nationale, à la place du 14 juillet qui ne valait guère mieux) a accéléré le mouvement et cela ne s’arrêtera pas de sitôt. Avec les « droits » de l’ « animalité » (tandis que l’avortement est une pratique courante et subventionnée), nous verrons bientôt s’épanouir des moeurs que la morale ( l’ancienne) réprouve. Tout est consommé. Les justes doivent demeurer en dehors de cette société décadente, pourrie. Il n’y a rien à faire. Tout combat est vain. La bête immonde, drapée dans de pseudo-bons sentiments, a réussi au-delà de ce qu’elle pouvait espérer son ouvrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *