fbpx
Menu Fermer

La violence des militants pro-LGBT pour réduire au silence leurs opposants

Auteur d'une pétition contre la PMA, un médecin lyonnais, le docteur Nogier, a été ciblé violemment par un groupe de militants pro-LGBT qui ont vandalisé son cabinet médical. Une agression inédite, qui en dit long sur l'hystérie de certains groupuscules LGBT, rapporte Valeurs Actuelles le 11 juin 2019.

L’hebdomadaire révèle que des tags ont recouvert la façade de l’immeuble, avec les phrases suivantes, particulièrement agressives : « À bas la famille hétéro-normée », ou encore « Ni papa, ni Etat, ni patrie, ni mari ». Un texte long d’une page a également été scotché en de multiples exemplaires sur la porte du médecin, où l’intention des auteurs est explicitement revendiquée par ces mots : « Nous avons décidé d’attaquer et de redécorer le cabinet du docteur Raphaël Nogier, un docteur LGBTQI+phobe et fasciste » explique le document, qui est signé « F.R.E.A.Q.S. (Front révolutionnaire des énergumènes autonomes queer souterrain·nes) ».

La mise en circulation par le docteur Nogier d’une pétition signée par 2000 de ses confrères pour s’opposer à l’extension de la PMA a été la source du conflit. Spécialement cette phrase qui s'y trouve, pleine de bon sens : « Ouvrir la PMA pour femmes seules, c’est oublier délibérément qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère pour se construire ». La réplique des agresseurs ? « Cette pétition a recueilli presque 2000 signatures, 2000 signatures de trop, 2000 signatures sexistes et LGBTQI+phobes ». Sont ainsi ciblés les « hommes blancs cis hétéro et bourgeois comme notre Raphaël [Nogier] » !!

Suite aux faits, le docteur Nogier a accordé un entretien à Valeurs Actuelles, où il exprime son indignation : « Cet acte d’intimidation est grave (…) parce qu’il prouve que le débat sur ce sujet est très difficile et presque impossible, explique-t-il. Nous avons devant nous des personnes qui veulent la PMA pour toutes mais n’ont aucun argument à avancer pour la justifier, si ce n’est  ‘on veut la PMA car on veut des enfants’. Ce qui n’est pas un argument, mais une simple revendication qui ne tient pas compte de l’intérêt général. Et, faute d’arguments, ces personnes emploient l’intimidation. »

Il ajoute fermement que « le désir d’enfant n’est pas une pathologie pour une femme seule ou en couple lesbien, c’est pour cela que la médecine n’a pas à intervenir. »

Au vu du résultat de la pétition, le praticien précise que « la majorité des médecins français est hostile à l’extension de la PMA aux femmes seules et en couple lesbien. La difficulté est de pouvoir s’exprimer.»

« Il existe un terrorisme intellectuel qui fait que la majorité n’ose pas dire ce qu’elle pense », conclut-il.

Guillaume Gattermann


Recommandés pour vous

  • >