fbpx
Menu Fermer

Le droit naturel et la morale catholique ne justifient pas l’invasion de l’Ukraine par la Russie

Cet article a été publié sur le site de la TFP américaine le 5 mars 2022. Son auteur, Luiz S. Solimeo, est un chercheur et auteur catholique dont les articles sur l’actualité religieuse et internationale sont publiés notamment aux Etats-Unis.

Son livre « L’islam et le suicide de l’Occident » sera prochainement publié en France par Avenir de la Culture. 

Au moment où nous écrivons ces lignes, les troupes de Poutine se trouvent dans les faubourgs de la capitale ukrainienne, Kiev, après avoir envahi ce pays par voie terrestre, maritime et aérienne.

Nous n’examinerons ici qu’un seul aspect du conflit : s’agit-il ou non d’une guerre juste ? En d’autres termes, l’ex-colonel du KGB Vladimir Poutine avait-il le droit d’envahir l’Ukraine ?

Pour analyser correctement la question, nous devons rappeler certains principes du droit naturel et de la doctrine catholique sur la guerre juste.

Raisons non valables pour déclencher une guerre

Tout d’abord, passons en revue les raisons non valables de déclencher une guerre. Le docteur de Salamanque, le père Francisco de Vitoria, O.P. (1492-1546) est considéré comme « le fondateur du droit international ».

Il résume les raisons qui sont toujours injustifiables pour déclencher une guerre :

Premièrement, une différence de religion ne peut être une cause de guerre juste.

Deuxièmement, l’élargissement d’un empire ne peut être une cause de guerre juste.

Troisièmement, la gloire personnelle ou la commodité du prince n’est pas une cause de guerre juste.

Pour Vitoria, une seule situation justifie le déclenchement d’une guerre :

Quatrièmement, la seule et unique cause de déclenchement d’une guerre est la survenance d’un dommage.

Enfin, il met en garde contre les interprétations intéressées des faits et des circonstances d’une situation :

Cinquièmement, toute blessure ne constitue pas un motif suffisant pour déclencher une guerre. (1)

Conditions pour mener une guerre juste

En plus d’avoir des raisons valables pour déclencher une guerre, certaines conditions doivent être remplies pour qu’une guerre soit juste ou légitime. Saint Thomas d’Aquin les résume comme suit :

1- Elle doit être déclarée par une autorité légitime. Saint Paul dit : « Ce n’est pas en vain qu’il [l’autorité] porte l’épée, car il est le ministre de Dieu, le vengeur qui exécute la colère sur celui qui fait le mal » (Rom. 13:4).

2- La cause doit être juste. 

Il cite Saint Augustin : « On a coutume de dire qu’une guerre juste est celle qui venge les torts, lorsqu’une nation ou un État doit être puni, pour avoir refusé de réparer les torts infligés par ses sujets ou de restituer ce dont il s’est injustement emparé. »

3- Elle doit être menée avec une bonne intention. » Car il peut arriver que la guerre soit déclarée par l’autorité légitime, et pour une cause juste, et qu’elle soit pourtant rendue illégale par une intention mauvaise.” 

C’est pourquoi Augustin affirme (Contra Faust. xxii, 74) : « La passion de faire du mal, la soif cruelle de vengeance, l’esprit impitoyable et implacable, la fièvre de la révolte, la soif de pouvoir, et d’autres choses semblables, tout cela est à juste titre condamnable dans une guerre.  » (2)

Principe de proportionnalité

Les théologiens mettent également en évidence le principe de proportionnalité. Outre une cause juste, une convocation par une autorité légitime et une intention droite, il doit y avoir une proportion entre le bien à récupérer ou à préserver, la situation injuste à corriger ou à prévenir et les maux qui découlent nécessairement de la guerre, notamment le nombre de morts.

De plus, tous les moyens pacifiques doivent être épuisés avant de recourir à la guerre.

Ces théologiens soulignent que le besoin de justification ne s’applique qu’à la guerre offensive. La légitimité morale de la légitime défense face à une attaque est évidente. (3)

Le devoir d’aider les pays injustement attaqués

Les nations ne peuvent pas rester sans rien faire lorsqu’elles voient une nation plus faible injustement attaquée par une nation plus forte. Elles sont obligées d’aider la nation attaquée contre l’agresseur. En effet, en raison de la fraternité qui doit exister entre les peuples, les nations qui peuvent venir en aide à un pays injustement attaqué doivent le faire par devoir de solidarité.

Dans son célèbre message à la radio de Noël 1948, après avoir parlé du droit des pays injustement attaqués à se défendre, le Pape Pie XII déclare : « La solidarité des nations est requise dans cette défense. Elles ont le devoir de ne pas laisser à l’abandon le peuple attaqué. La certitude que ce devoir sera rempli servira à décourager l’agresseur et, par conséquent, à éviter la guerre, ou du moins, dans le pire des cas, à abréger les souffrances « . (4)

La guerre injuste de Poutine

Les raisons invoquées par l’autocrate russe pour envahir l’Ukraine ne sont pas acceptables. Il n’a respecté aucun des principes de droit naturel qui justifient la conduite de la guerre. 

Pour plus de clarté, nous allons les examiner.

Le principal argument de Poutine pour envahir l’Ukraine est le désir de ce pays de devenir membre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Il affirme que cela constitue une menace pour la Russie. Cet argument est fallacieux car le Traité de l’Atlantique Nord est un traité de défense mutuelle. Il a été créé en 1949 par des pays européens, les États-Unis et le Canada, précisément pour protéger l’Europe de l’expansionnisme soviétique. Son article 5, souvent cité, stipule : « Les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque contre elles toutes « . (5)

L’adhésion à l’OTAN ne pourrait poser des problèmes à la Russie que si elle attaquait l’Ukraine, comme c’est le cas actuellement.

En plus de cet argument principal, Poutine en utilise d’autres qui sont complètement irrationnels, comme l’a commenté Paul Kirby dans BBC News : « De nombreuses justifications [du président Poutine] étaient fausses ou irrationnelles. Il a affirmé que son objectif était de protéger les personnes [les Ukrainiens] soumises à des brimades et à un génocide et de viser la ‘démilitarisation et la dé-nazification’ de l’Ukraine. Il n’y a pas eu de génocide en Ukraine : c’est une démocratie dynamique, dirigée par un président qui est juif « . (6)

Kirby ajoute : « Le président Poutine a fréquemment accusé l’Ukraine d’être prise en charge par des extrémistes, depuis que son président pro-russe, Viktor Ianoukovitch, a été évincé en 2014 après des mois de protestations contre son régime.  » (7)

La guerre de Poutine est-elle due au fait qu’il est censé être un défenseur de la morale ?

Certains sites web d’inspiration catholique et conservatrice tentent de justifier l’invasion de l’Ukraine en affirmant que Poutine est un « défenseur de la famille », alors que les dirigeants occidentaux, qui s’opposent à cette attaque, favorisent l’immoralité et promulguent des lois immorales.

Cependant, Poutine, qui a passé toute sa carrière dans le redoutable KGB, ne cache pas son idéologie communiste. S’adressant à certains partisans en 2016, il a déclaré qu’il avait toujours sa carte du Parti communiste et que « j‘aime toujours beaucoup les idées communistes et socialistes. » Pour lui, ces idées sont « comme la Bible « . (8)

Il faut rappeler qu’à Fatima, la Vierge a mis en garde contre les erreurs de la Russie, c’est-à-dire le communisme. Cependant, même s’il était vrai que l’ancien colonel du KGB est un fervent défenseur des valeurs familiales, cela ne lui donnerait pas le droit d’envahir l’Ukraine ni de transformer cette attaque non provoquée en une guerre juste. Comme le disent les moralistes, « un mal ne devient pas juste ou licite simplement parce qu’un mal plus grand pourrait être choisi « . (9)

L’admiration que ces milieux portent à la Russie est injustifiée. La Russie est aussi immorale que l’Occident, si ce n’est plus. Elle a le taux d’avortement le plus élevé du monde. (10)

La prostitution y est omniprésente, certains médias affirmant qu’elle compte plus de 3 000 000 de prostituées (pour une population de 144 millions d’habitants). (11)

La « mondialisation » socialiste et la domination communiste

Nombreux sont ceux qui soutiennent l’existence d’une conspiration occidentale visant à former une société mondialisée des nations, la « Grande Remise à zéro », et que cette sorte de République universelle serait pire que l’invasion de l’Ukraine.

Ceux qui avancent cet argument ne se rendent pas compte qu’au fond, ces mondialistes ont aussi une mentalité socialiste et qu’une République universelle est essentiellement communiste. Le professeur Plinio Corrêa de Oliveira dénonçait déjà cela en 1959 dans son œuvre maîtresse, Révolution et contre-révolution. (12)

Il n’y a pas de contradiction entre l’objectif postcommuniste, cosmiste et nationaliste panslave de Poutine de dominer le monde et une République universelle mondialiste. En fin de compte, les deux veulent la même chose : la fin de la civilisation chrétienne occidentale et des pays indépendants, qui ont encore quelques vestiges de la loi naturelle et des valeurs chrétiennes.

Conclusion

La conclusion inéluctable est que l’invasion de la Russie, analysée à la lumière du droit naturel, de la morale catholique et des faits, ne peut être justifiée en termes de principes moraux. Par conséquent, tous les catholiques, et toute personne ayant le moindre sens de la justice, doivent la rejeter totalement.

La statue de la Vierge pèlerine internationale de Notre-Dame de Fatima pleure des larmes en 1972.

« Si l’on tient compte de mes demandes, la Russie se convertira et la paix régnera. Sinon, elle répandra ses erreurs dans le monde entier, provoquant des guerres et des persécutions de l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, et plusieurs nations seront anéanties. »

À Fatima, la Vierge a demandé la conversion

La guerre en Ukraine pourrait être le début d’un conflit plus large, une guerre mondiale. À Fatima, la Vierge a prévenu que, si elle ne se convertissait pas, l’humanité serait punie. Cependant, nous constatons une augmentation stupéfiante du péché, voire du satanisme public.

Quelle que soit l’issue de la guerre de l’’agression russe en Ukraine, il est insensé d’attendre que le salut du monde moderne vienne des autocrates ou des dirigeants politiques. La solution à la terrible crise morale dans laquelle se trouve l’humanité ne peut venir que d’une authentique conversion des mœurs et d’un retour à une foi ardente et à la confiance en Dieu.

La promesse de la Vierge à Fatima doit nous encourager : « Enfin, mon Cœur Immaculé triomphera ».


  1. Anthony Pagden et Jeremy Lawrance, édition Vitoria: Political Writings (Cambridge, Royaume-Uni : Cambridge University Press, 1991), 302–304.
  2. St Thomas d’Aquin, Summa Theologica, II–II, q. 40.
  3. A. Lanza-P. Palazzini, Principios de Teologia Moral (Madrid: Editions Rialp, S.A., 1958), 2:288–94.
  4. Pie XII, “Christmas Radio Message,” 24 décembre 1948, https://www.vatican.va/content/pius-xii/it/speeches/1948/documents/hf_p-xii_spe_19481224_un-tempo.html
  5. “The North Atlantic Treaty,” NATO.int, publié le 26 février 2022, https://www.nato.int/cps/en/natolive/official_texts_17120.htm.
  6. Paul Kirby, “Why Is Russia Invading Ukraine and What Does Putin Want?” BBC, 2 mars 2022, https://www.bbc.com/news/world-europe-56720589.
  7. Kirby, “Why Is Russia.”
  8. “Putin Still Has His Communist Party Card, Likes Socialist Ideals,” AFP, 25 janvier 2016, https://news.yahoo.com/putin-still-communist-party-card-likes-socialist-ideals-183734163.html?fr=yhssrp_catchall.
  9. Ludovico Bender, O.P., s.v. “Lesser Evil,” in Francesco Roberti and Pietro Palazzini, Dictionary of Moral Theology, trans. Henry J. Yannone (Westminster, Md.: Newman Press, 1962), 705.
  10. Voir “Abortion rate,” UNData A World of Information, publié le 28 février 2022, http://data.un.org/Data.aspx?d=GenderStat&f=inID%3A12.
  11. Voir Damien Sharkov, “Prostitution Surges in Russia in Wake of Financial Crisis: Report” Newsweek, 17 mars 2016.
  12. Plinio Corrêa de Oliveira, Revolution and Counter-Revolution, ch. 11, no. 3, https://www.tfp.org/revolution-and-counter-revolution/.

Source : https://www.tfp.org/natural-law-and-catholic-morals-do-not-justify-russias-invasion-of-ukraine/

Source image : Capture d’écran YouTube – Huge explosion seen in sky over Ukraine’s capital Kyiv – BBC News

Posted in Divers

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

18 + 17 =