Menu Fermer

Le post-féminisme, une idéologie qui diabolise la masculinité

Dans un article publié le 18 janvier 2019 sur le site d’information Boulevard Voltaire, Julien Rochedy réagit suite à la diffusion d’une vidéo publicitaire de la marque de rasoirs Gilette, celle-ci évoque l’oppression masculine en s’inspirant du mouvement féministe #MeToo. Cette vidéo révoltante a déjà dépassé les 11 000 000 vues sur You Tube. En contrepartie, l’auteur souhaite apporter sa vision positive de la masculinité. Voici quelques extraits de cet entretien.

« C’est une attaque en règle contre la masculinité et surtout un amalgame de celle-ci avec de la toxicité. C’est un argument des post-féministes extrémistes. J’ai été assez surpris que Gillette, cette marque à destination des hommes, reprenne à son compte un argument aussi extrémiste (…) », constate Monsieur Rochedy.

Il s’indigne : « Il est assez hallucinant de constater qu’on pense souvent que l’idéologie est soumise aux intérêts commerciaux. On s’aperçoit ici que l’idéologie est encore plus forte que les intérêts commerciaux (…). On s’aperçoit à quel point le post-féminisme est une idéologie extrêmement forte. »

Julien Rochedy ajoute et met en garde : « La masculinité est totalement amalgamée avec une toxicité et des éléments caricaturaux. Je ne vois pas en quoi c’est toxique de voir des petits garçons se bagarrer. Cela leur permet d’avoir ensuite la fraternité, l’esprit de corps, l’honneur, le désir d’aller plus loin et de se dépasser. Ce sont autant de qualités qui ont permis aux hommes de ne pas rester à l’âge de pierre (…) ».

« Certaines choses de ce genre sont poussées très loin pour arriver à des amalgames détestables.
Et finalement, tout cela pour nous montrer (dans la vidéo) un ensemble de garçons devant leur barbecue avec l’image classique de l’homme (...) Mais ce type devant le barbecue, c’est aussi le père de famille, le type qui a acheté une maison pour sa famille, qui donne à manger en faisant le barbecue et qui a le sens des responsabilités », remarque-t-il très justement.

Pour conclure, Julien Rochedy a ces paroles pleines de bon sens : « On a besoin de se former dans la tradition classique de nos grands-pères et de nos arrières-grands-pères pour nous construire une colonne vertébrale qui nous permette de survivre dans ce monde parfois détestable. »

Nathalie Burckhardt