fbpx
Menu Fermer

Mulhouse : une gigantesque mosquée en construction

Selon l’enquête menée par les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot dans leur récent ouvrage Qatar Papers, le « Centre An-Nour » est « le plus important des 140 projets financés par Qatar Charity en Europe », l’ONG sulfureuse de l’émirat, qui a été encore épinglée récemment pour avoir financé des groupes djihadistes en Syrie et au Mali.

« Le complexe pharaonique coiffé d’un dôme comprend deux salles de prière en marbre de Carrare permettant d’accueillir 3 000 fidèles, une bibliothèque, une médiathèque, 11 salles de classe, une piscine de 25 mètres, une salle de sport, un sauna, un hammam, un spa, un salon de coiffure et même un funérarium ! » rapporte Valeurs Actuelles, dans un article publié le 20 juin 2019.

Toujours selon les journalistes, le coût faramineux du Centre An-Nour était estimé au total à 26 millions d’euros à l’automne 2018, dont 80 % d’origine étrangère (14 millions accordés par le Qatar et 5 à 6 par le Koweït). Un record !

L’on apprend aussi que le gestionnaire du centre, l’Association des musulmans d’Alsace, « l’Amal » entretient des liens directs avec la mouvance djihadiste. Par exemple, Hanane Aboulhana, la complice de Michaël Chiolo, ce détenu radicalisé qui a tenté d’assassiner au nom de Daech deux gardiens de la prison de Condé-sur-Sarthe, le 5 mars, était cadre au sein de l’association !

Rien d’étonnant, donc, à ce que le Centre An-Nour ait déjà reçu le soutien et la visite de nombreux prédicateurs radicaux. Entre autres, Hassan Iquioussen, pour qui les attentats sont de « faux problèmes » et « les traîtres » à l’islam méritent « 12 balles dans la tête » … Ou, pire encore, Youssef al-Qaradâwî, théologien égyptien de référence des Frères musulmans et mufti officieux du Qatar, interdit de séjour en France depuis 2012 et qui  légitime les attentats-suicides ou appelle à « la conquête de Rome » et à l’invasion de l’Europe.

D’ailleurs, le Centre An-Nour fait l’objet d’une « surveillance particulière », confirme une source du renseignement intérieur.

Malgré tout, la députée UMP du Haut-Rhin Arlette Grosskost et le maire UMP de Mulhouse Jean Rottner, fervents partisans du Centre An-Nour, soutiennent le projet sans broncher.

Mme Grosskost a été jusqu’à déclarer que « La mosquée sera un signal fort de notre ralliement et de notre liberté de conscience. J’y ai apporté ma pierre puisqu’une partie de ma réserve parlementaire abondera le financement.»

Quant au  maire, il s’est même félicité du « partenariat crucial » avec l’Amal, qui prône « un islam de tolérance, de souci de l’autre et du bien vivre ensemble » !

L’adjoint aux cultes et à la sécurité de Mulhouse, Paul Quin, tient le même discours : « Ce qui a présidé au soutien de la mosquée An-Nour, c’est notre volonté de sortir l’islam des caves », avouant, à propos des prédicateurs islamistes : « Nous faisons part de notre désapprobation, mais on ne peut pas les interdire non plus. » D’ailleurs, observe-t-il, « les dirigeants de la mosquée n’ont pas l’air dangereux, terroristes, ni même fondamentalistes. (…) Ce sont des concitoyens respectables ».
Une naïveté consternante qui conduit à la complicité…

Le président de l’Amal, Nasser El Kady, lui, ne répond « rien » aux critiques, mais fait une promesse : « Nous faisons avancer notre projet et rien ne nous arrêtera. » Glaçant.

Guillaume Gattermann


Photo : Le centre An-Nour de Mulhouse - Sarrasin68 [CC BY-SA 3.0]
Source : La gigamosquée de Mulhouse sent le soufre

Recommandés pour vous

  • La cathédrale va faire tâche dans le paysage de Srasbourg. Peut-être que la toiture va s’enflammer avec un mégot…

  • >