fbpx
Menu Fermer

Netflix, une plateforme particulièrement orientée

Outre-Atlantique, « le contenu des productions de la célèbre plateforme ulcère une frange plutôt conservatrice de la population. Les séries et les films valoriseraient avec une bienveillance doucereuse les concepts en vogue au sein d’une partie de la gauche, comme le féminisme intersectionnel ou le «racisme systémique», ou s’emploieraient à “détruire le patriarcat”.»

C’est le constat d’une enquête du FigaroVox, où l’auteur donne de nombreux exemples pour illustrer ses propos.

Comme le cas du film Moxie, « l’histoire d’une ado timide de 16 ans qui publie une revue anonyme dénonçant le sexisme dans son établissement scolaire, dont les réseaux sociaux de l’entreprise ont fait la promotion début février. » 

«  Faut-il y voir le fantasme de réactionnaires zélés qui verraient du “gauchisme partout” ou alors, le monde selon Netflix est-il vraiment empreint de progressisme ? Une chose est sûre, les adeptes de fictions aux thématiques ouvertement progressistes en ont pour leur argent, et les médias ne s’y trompent pas », sentence le journaliste. 

Et de continuer son enquête : « Le magazine féminin belge L’Officiel a listé “six séries pour s’éduquer/lutter contre le racisme systémique”, le défunt site Buzzfeed a noté “16 séries à regarder sur Netflix quand vous en avez marre du patriarcat” (…) Une fois la série visionnée, l’algorithme dirige d’ailleurs le spectateur vers d’autres productions similaires, à l’image d’un documentaire-enquête sur les “identités trans”, ou la série Dear white people », une série antiraciste par excellence.

« Concernant les productions “original Netflix” (les productions maison), la balance entre progressisme et “anti-progressisme” est loin d’être parfaitement étalonnée, celle-ci a tendance à pencher du premier côté (…) », souligne l’auteur.

« Doit-on en conclure qu’un consommateur assidu de contenus Netflix se transformera en électeur de Benoît Hamon et collera des posters d’Alexandria Ocasio-Cortez, l’élue démocrate au Congrès américain et icône de la gauche dans sa chambre ? » 

Non, car une technologie d’intelligence artificielle (le machine learning) qui analyse de façon très poussée le comportement de l’utilisateur, fait que « l’algorithme (…) proposera à celui qui ne cherche pas des contenus progressistes d’autres vidéos plus proches de ses valeurs, de sa conception du monde, à la manière de Facebook et sa bulle d’algorithmes qui laisse penser qu’une majorité d’êtres humains sur la planète partagent les mêmes opinions que vous. Chacun conforte ainsi ses propres positions. »

« Dans son livre, L’archipel français, Jérôme Fourquet pointait très justement du doigt les fractures qui se sont creusées sur le plan social, économique et politique, l’éclatement de la société française en archipel. Nous y sommes, et Netflix n’y est pas étranger » , conclut si justement l’article.

Source : https://www.lefigaro.fr/vox/medias/progressisme-diversite-quelle-ideologie-derriere-netflix-20210407

Source photo : Canva.com

Posted in Divers

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 9 =