Menu Fermer

Nice : agression dans l’église frappée par un attentat !

Le sacristain de la basilique Notre-Dame de Nice a été agressé ce samedi 3 juillet. Oui, la basilique Notre-Dame, celle-là même où trois fidèles ont été assassinés par un islamiste le 29 octobre dernier.

L’agresseur a agi pour un motif crapuleux : il voulait s’emparer du tronc et le sacristain a tenté de l’en empêcher. 

Ce n’est donc pas un attentat, comme la dernière fois. Néanmoins, c’est un nouvel acte de violence commis dans un lieu déjà endeuillé et dont les fidèles sont certainement encore traumatisés par l’horrible attentat qui a coûté la vie à trois d’entre eux, à l’automne 2020.

Il est donc impossible de passer ce fait sous silence. L’acharnement contre les fidèles doit cesser.

A l’automne, le maire, Christian Estrosi, avait fait fermer les églises de Nice suite à l’attentat ! Mais agir de la sorte, c’est réaliser le vœu des agresseurs !

Ce que les autorités publiques doivent faire, c’est protéger efficacement la basilique et les fidèles qui se trouvent à l’intérieur. Bien sûr, cela exige une présence policière, mais aussi des sanctions de justices exemplaires contre les coupables. 



L’agression du sacristain de Notre-Dame de Nice est grave à double titre. Premièrement, parce qu’elle a frappé une communauté martyre de la haine islamiste. Et deuxièmement, parce qu’elle est loin de représenter un acte isolé. 

Plus de 1000 actes antichrétiens sont recensés chaque année par le ministère de l’Intérieur en France. Parmi ceux-ci, il y a les profanations d’églises et de cimetières. 

Comment oublier, par exemple, l’abominable profanation de l’église Notre-Dame des Enfants à Nîmes…

L’auteur du forfait avait collé des hosties consacrées sur ses propres excréments. La justice a tranché : cet individu a évité la prison ! Et puis il y a les agressions violentes, comme celle dont a été victime le sacristain de la basilique Notre-Dame de Nice.

Il y a 5 ans, presque jour pour jour, le Père Jacques Hamel était égorgé dans son église alors qu’il disait la sainte messe. Il y a eu l’attentat de Nice, donc, en octobre 2020. N’oublions pas non plus les agressions venant de l’extrême-gauche.

A Toulouse, une crèche vivante jouée par des enfants à l’occasion de Noël a été prise pour cible par des Antifas en 2019.

 En 2020, à Renne, un autobus emmenant des pèlerins a été caillassé. Cette année, des Antifas ont violemment agressé une procession commémorant les martyrs de la Commune de Paris. Et puis il y aussi les agressions qui sont évitées et dont l’on parle trop peu. Comme celle de Béziers où un massacre a été évité de justesse dans une église à l’occasion de la vigile pascale de cette année.

Pour en savoir davantage, rendez-vous sur la chaîne YouTube d’Avenir de la Culture en cliquant sur ce lien :

Posted in Christianophobie

Recommandés pour vous

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 4 =