fbpx
Menu Fermer

Notre-Dame : le renouveau de la jeunesse catholique

La rédaction de Valeur Actuelles a publié plusieurs articles sur le réveil de la foi catholique à l’occasion du drame de l’incendie de Notre-Dame. Voici aujourd’hui quelques extraits de l’article publié le 24/04/2019.

L’hebdomadaire dresse ce portrait émouvant du moment du drame : « La flèche de Notre-Dame vient de s’effondrer, rongée par les flammes. Les touristes se mélangent aux passants. Tous sont abasourdis. Certains pleurent, hébétés. D’autres tombent à genoux et sortent leurs chapelets. L’espace d’un instant, ces catholiques ravivent le souvenir d’une piété populaire ensevelie sous les décombres d’une société repue de rationalisme. »

Il se passe alors quelque chose d’extraordinaire : « En même temps qu'elle pleure la toiture de Notre-Dame, la France redécouvre son âme chrétienne. Et voit surgir une jeunesse catholique fervente et militante. (…) La France sidérée se demande d’où vient cette jeunesse sortie de nulle part, mobilisée si vite pour une cathédrale que l’on pensait ravalée au rang de curiosité touristique. La voilà encore, le lendemain soir, à Saint-Sulpice, qui s’élance en prière vers Saint-Michel. »

Et quand ensuite ils évoquent le drame, « ces jeunes espèrent que ce soit l’occasion d’un réveil : puisse ce pays comprendre pourquoi il pleure le toit d’une cathédrale quand il se satisfait de l’absence de Dieu. »

Le point commun de tous ces pèlerins du soir ? « La foi !, répond immédiatement une jeune fille. Nous confessons tous Jésus-Christ mort et ressuscité. » Cette foi qu’ont embrassée 4 251 adultes dans la nuit de Pâques, en recevant le baptême. (…) Engagée ou non, cette jeunesse s’efforce de garder, dans sa vie quotidienne, l’exigence qu’impose sa foi. » Comme en témoigne Loys de Pampelonne, volontaire à L’Œuvre d’Orient en Irak et rencontré ce soir-là parmi le groupe de jeunes : « La foi nous oblige à chercher l’excellence et à fuir la médiocrité. Elle nous oblige parce que notre société refuse Dieu, mais attend énormément des catholiques. »

La France aujourd’hui ressent de l’étonnement devant la mystérieuse sérénité - détonante dans un pays déchristianisé - de cette jeunesse en prière. Étonnante radicalité à l’heure du relativisme permanent.

Alors, « le temps d’une journée, le monde entier pose sur les catholiques un regard bienveillant. Dans les médias, on répète que c’est la ‘’ Semaine sainte ’’, les prêtres défilent à l’antenne, l’archevêque de Paris y va même de son rappel au président de la République : ‘’ Catholique n’est pas un gros mot.’’ Beaucoup découvrent jusqu’à l’existence de cette ardeur catholique. »

Émile Duport, présent à la veillée de prière aux pieds de la cathédrale, s’est étonné de voir des Français découvrir l’existence de cette jeunesse catholique à l’occasion de l’incendie de Notre-Dame : « Peut-être aussi parce que nous, catholiques, avons trop longtemps été élevés avec une sorte de peur du monde. Il nous faut absolument en sortir ! » Que son appel soit entendu et que les catholiques n’aient plus honte de défendre les racines chrétiennes de notre pays !

Antoine Béllion


Recommandés pour vous

>