fbpx
Menu Fermer

Pays-Bas : malgré l’interdiction officielle, la burka a encore de beaux jours devant elle !

Après la Belgique, le Danemark et l’Autriche, c’est maintenant aux Pays-Bas que l'interdiction du port du voile intégral dans la plupart des espaces publics est entrée en vigueur, le 1er août dernier.

Dans ce pays de 17 millions d’habitants, elles sont entre 200 et 400 femmes portant actuellement la burqa ou le niqab, rappelle l’hebdomadaire Valeurs Actuelles.

Un communiqué du ministre néerlandais de l’Intérieur stipule que, sous peine d’une amende de 150 euros, « il est désormais interdit de porter des vêtements qui couvrent le visage dans les établissements d’enseignement, les institutions et les bâtiments publics, dans les hôpitaux et dans les transports en commun ».

Cela reste néanmoins autorisé dans la rue. D’où le manque de sérieux de la mesure…

Et pour comble de l’affaire, cette interdiction est remise en question par certains secteurs à qui il revient de la faire appliquer, dont la police !

Les forces de l'ordre néerlandaises, qui seront en première ligne pour faire appliquer la mesure, trouvent des excuses pour ne pas appliquer la loi ; elles craignent notamment que les femmes voilées puissent avoir peur d'entrer dans un commissariat pour déposer une quelconque plainte. Il en va de même pour le secteur des transports en commun : celui-ci   a d’ores et déjà annoncé que les conducteurs n’arrêteraient pas leur véhicule pour faire descendre une femme en infraction, car cela pourrait entraîner des retards. Et ce, avec la bénédiction des forces de l‘ordre : « La police nous a dit que l'interdiction n'était pas une priorité », se justifie un porte-parole de la RET, la régie des transports de Rotterdam.

Toujours selon Valeurs Actuelles, certains hôpitaux se sont aussi rebellés en affirmant qu’ils « ne refuseraient pas de prodiguer des soins à qui que ce soit, peu importe les vêtements portés ».

Cependant, à partir d’aujourd’hui, il incombe donc normalement aux employés des écoles, des hôpitaux, des institutions et aux chauffeurs de refuser l’accès à une femme intégralement voilée ou alors d’appeler la police.

Qui aura le courage de faire appliquer la loi ?

Guillaume Gattermann


Recommandés pour vous

>