fbpx
Menu Fermer

Plusieurs croix profanées et détruites dans les Pyrénées-Orientales

Les sacrilèges abondent : une croix a été démontée au sommet du Cambre d’Aze (2750 mètres) en 2018. Déjà en 1960, la plus fameuse des croix, celle du Pic Canigou, montagne sacrée des Catalans, installée en 1943 par les scouts de Notre Dame la Réal de Perpignan, fut dynamitée par un employé de l’institut géographique national (IGN).

Récemment, une bataille acharnée entre défenseurs de la laïcité et tenants des traditions montagnardes vient de prendre fin, et l’épilogue est bien triste.  Il s’agit de la croix hissée au sommet du pic Carlit, point culminant du département (2921 mètres).

Dans un article publié le 12 septembre 2019, Valeurs Actuelles raconte : « Cette croix neuve scellée en 2015 par les militaires du Centre national d’entraînement commando de Mont-Louis et de Collioure était siglée des insignes du 1er régiment de choc et du logo du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales. De quoi attirer le courroux de randonneurs et d’habitants de la région, au motif du non-respect de la laïcité. Le monument, cible d’une pétition, avait été vandalisé une première fois. Les opposants ont eu le fin mot en juillet 2018. La croix d’1,40m de haut et de 40 kilos avait alors été sciée au moyen d’une meuleuse et jetée dans le vide par des individus jamais identifiés. »

Mais, comble de l’affaire, les militaires, en accord avec la préfecture des Pyrénées-Orientales, viennent d’annoncer qu’ils renonçaient à la réinstaller.

Le maire LR d’Angoustrine (commune dont dépend le pic Carlit), Hélène Josende, s’indigne : « À titre personnel je suis très contrariée. C’était surtout un symbole qui indiquait aux gens qu’ils étaient arrivés tout en haut. »

Suite à la décision des militaires, le diocèse de Perpignan a aussi réagi : « Les croix sur les sommets, c’est une tradition plus qu’une démonstration ostentatoire de foi catholique. On en place depuis toujours. Ici, c’était surtout un symbole de victoire sur le sommet, un point de repère. »

Ces nombreux cas sont malheureusement révélateurs de la montée de l’antichristianisme en France, une violence tolérée au nom de la soi-disant laïcité.

Il est urgent que nous, chrétiens, nous nous mobilisions pour défendre le patrimoine religieux de notre pays.

Nathalie Burckhardt


Recommandés pour vous

>