Menu Fermer

Pologne : une grande victoire contre la théorie du genre

Le site Reinformation.tv nous apporte une bonne nouvelle dans un article de Olivier Bault, son correspondant à Varsovie, publié le 30 octobre 2018 : l’action annuelle « vendredi arc-en-ciel » organisée le 26 octobre dernier  par La Campagne contre l’Homophobie (Kampania Przeciw Homofobii, en polonais) « a eu un caractère marginal et n’a pas été conduite à l’échelle annoncée par les organisateurs.(…) Là où des écoles ont participé, cela fera l’objet d’une analyse minutieuse pour savoir s’il n’y a pas eu infraction à la loi (…)», selon le Ministère de l’Intérieur. Ce « vendredi arc-en-ciel » avait été prévu dans 211 écoles polonaises.

L’objectif ? Sous couvert de lutter contre la haine et les discriminations dont feraient l’objet les élèves souffrant de troubles de la sexualité et/ou de « l’identité sexuelle », le lobby homosexuel voulait ainsi familiariser les enfants à l’homosexualité. « Tout cela pour que les jeunes lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels, queers et intersexes sentent qu’ils ont leur place à l’école », justifie sournoisement la KPH.

Dans certaines écoles où une telle action était prévue, les parents n’étaient au courant de rien. Ce qui pourrait entrainer des poursuites judiciaires pour les directeurs d’écoles ayant pris l’initiative sans consultation préalable.

Un communiqué spécial de la conférence des évêques a renforcé la lutte contre cet endoctrinement en affirmant que l’école « ne doit pas être un lieu de promotion des milieux LGBTQ » ni de militantisme politique, et aussi que « les parents ont le droit de décider des contenus éducatifs transmis à leurs enfants à l’école ».

La résistance s’organise aussi au niveau judiciaire : le groupe d’avocats « Ordo Iuris » a mis en ligne une lettre que les parents peuvent adresser à la direction de l’école pour interdire toute participation à des « ateliers » organisés par des associations promouvant l’homosexualité ou à des cours véhiculant l’idéologie du genre. Le site internet « Protégeons les enfants », permet aussi aux parents d’élèves de dénoncer les écoles qui auraient violé leur droit à décider eux-mêmes de l’éducation de leurs enfants.

Souhaitons que le mouvement de résistance dont font preuve si courageusement les polonais soit un exemple pour nous en France !

Guillaume Gattermann