fbpx
Menu Fermer

Pourquoi toutes les “mauvaises” personnes soutiennent l’Ukraine ?

Dans un pays divisé, lorsqu’un côté soutient avec enthousiasme un enjeu, la règle d’or pour l’autre partie est de prendre la position opposée. Cependant, lorsque deux ennemis se retrouvent soudainement dans la même tranchée, cela soulève naturellement la question : y-a-t’il quelque chose qui ne va pas ?

C’est le cas de l’Ukraine. Les conservateurs qui soutiennent de tout cœur le pays envahi se retrouvent soudain avec d’étranges partenaires. Les libéraux, faisant preuve d’un comportement contraire à leurs habitudes, se rallient du bon côté dans cette crise, celui de l’Ukraine injustement attaquée.

En effet, les mêmes entreprises « woke » qui illuminent les bâtiments aux couleurs de l’arc-en-ciel et dénoncent le « nationalisme » américain, arborent désormais les couleurs nationales de l’Ukraine. Les nouveaux négociants pacifistes et verts exigent l’envoi massif de munitions à forte teneur en carbone en Ukraine. Les fanatiques des vaccins accueillent des millions de réfugiés non-vaccinés en Europe et 100 000 aux États-Unis. Les mêmes fanatiques de la “Théorie Critique de la Race” qui définissaient toute chose par la race défendent maintenant les Européens blancs blonds aux yeux bleus qu’ils méprisaient autrefois comme des « blancs privilégiés  ». Des libéraux notoires comme le milliardaire George Soros, Sean Penn, Lady Gaga et la représentante Nancy Pelosi suivent la ligne pro-ukrainienne.

Ainsi, les libéraux, qui sont normalement automatiquement en désaccord avec les conservateurs sur tout, se joignent à eux pour cette juste cause. Ce n’est donc pas étonnant que de nombreux conservateurs se posent la question : « Pourquoi toutes les “mauvaises personnes” soutiennent-elles l’Ukraine ? »

Une unité illusoire

Bien sûr, tout le monde devrait sympathiser avec l’Ukraine et l’aider de toutes les façons possibles, car c’est une nation qui subit une attaque injuste. En effet, les Américains, y compris la plupart des libéraux, voient en elle un pays brutalement envahi. La cruauté sauvage est transmise dans chaque foyer via Internet. Le côté humanitaire de la tragédie fait appel au désir généreux de l’Amérique de soulager la souffrance. Il n’y a pas de « mauvaises personnes » qui ne peuvent partager cette compassion.

Cependant, de nombreux libéraux sont des partisans enthousiastes de l’Ukraine, non seulement à cause de l’attaque, mais aussi pour le contexte du conflit. Tragiquement, ils utilisent la crise ukrainienne pour étayer leur récit et construisent un contre-récit pseudo-conservateur. Dans ce cas, les « mauvaises personnes » soutiennent la bonne cause pour de mauvaises raisons. Le conflit ukrainien devient une autre façon de lutter contre tout ce qui est conservateur.

Démocratie libérale contre régime autocratique

Les médias libéraux ont décrit la crise ukrainienne comme un conflit entre deux systèmes politiques : la démocratie libérale et les régimes autocratiques. Cette dialectique est répétée si souvent que peu le contestent.

Cependant, ces deux fausses alternatives grossièrement simplifiées appuient le récit libéral. D’un côté, l’Ukraine est faite pour représenter les valeurs libérales (même si l’Ukraine, comme toutes les nations slaves, conserve de nombreuses coutumes conservatrices et religieuses – peut-être même plus que la Russie). Les médias libéraux soulignent le fait incontestable que le président libéral ukrainien Zelensky a des opinions sur l’avortement provoqué et l’iniquité de l’homosexualité qui irritent à juste titre les conservateurs du monde entier. Cependant, comme le président Biden en Amérique, ses opinions personnelles ne reflètent pas l’ensemble des Ukrainiens.

Faire de l’Ukraine une cause libérale renforce partout les remparts en ruine du libéralisme. Cela devient un point de ralliement par lequel les libéraux courageux peuvent déverser des ressources importantes et imposer des sanctions massives tout en essayant d’éviter une guerre à tout prix. Il reste à voir si le zèle libéral continuera lorsque la situation dégénérera.

Un récit pseudo-conservateur

Le conflit offre également l’occasion d’associer des valeurs conservatrices au régime rigide et autocratique de Poutine (bien que le lien soit gratuit). Les valeurs traditionnelles restantes de la Russie sont transformées partout en porte-voix de toutes ces mœurs. Ainsi, les conservateurs se retrouvent classés avec Poutine, qui ne les représente pas. A la recherche d’une plus grande crédibilité, les médias s’efforcent de mettre en lumière et de dénoncer la poignée de personnalités conservatrices qui manifestent des sympathies pour Vladimir Poutine, malgré ses positions pro-avortement et pro-socialistes.

De tels liens avec la Russie cadrent bien avec les accusations selon lesquelles les conservateurs américains mettent en danger la démocratie par leur opposition au programme libéral. En associant la cause conservatrice à la tyrannie, les libéraux n’aimeraient rien de mieux que de les forcer à défendre des positions qu’ils ne tiennent pas. Cette mise en lumière pourrait facilement être transmise à tous les conservateurs où qu’ils soient.

Pour les libéraux, c’est une situation gagnant-gagnant. En soutenant la juste cause des Ukrainiens, ils sont du côté gagnant de l’opinion publique et du bon côté de leur récit. D’autre part, en qualifiant tous les conservateurs de partisans du totalitarisme de Poutine, les libéraux divisent la droite en factions où aucun conservateur n’est à l’aise, se plaçant tous sur la défensive.

Rejeter les faux choix

La bonne solution à ce faux dilemme élaboré par la gauche est de le rejeter avec dédain. Ni les Ukrainiens ni les Américains ne devraient être contraints de défendre la démocratie libérale ou l’autocratie. C’est un faux choix qui ne correspond pas à la réalité d’une nation et d’une Église assiégées. La gauche présente souvent au public de fausses alternatives pour éviter les vrais problèmes, généralement moraux. Les libéraux évitent les questions morales parce qu’ils ne peuvent pas les contester.

Ainsi, la guerre actuelle doit être considérée indépendamment du récit de la gauche. L’Ukraine est une nation injustement envahie par une autre. C’est tout. Premier point. Si le despote Poutine l’emporte, il bouleversera complètement l’ordre de l’après-Seconde Guerre mondiale.C’est tout. Deuxième point. Et c’est tout. Défendre l’Ukraine n’est pas une validation de l’agenda libéral ni une condamnation d’une perspective faussement conservatrice pro-Poutine.

L’Ukraine ne doit pas devenir un instrument manipulable par la gauche ou la droite. L’Ukraine n’est pas un pion à jouer dans les fantasmes imaginaires des théoriciens du complot ou dans les cadrages machiavéliques des commentateurs des médias libéraux. Le pauvre et souffrant peuple d’Ukraine mérite d’être jugé sur les mérites de son droit naturel à l’autodéfense et de son désir légitime de rester une nation libre avec une Église catholique libre.

Source : https://www.returntoorder.org/2022/04/why-are-all-the-wrong-people-supporting-ukraine/

Source photo : Image par Jorono de Pixabay

Posted in Divers

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

cinq − deux =