fbpx
Menu Fermer

Projet de loi PMA : la manipulation du gouvernement

L'Assemblée nationale a adopté en première lecture le projet de loi relatif à la bioéthique, le quinze octobre dernier.

Dans une tribune de Valeurs Actuelles, Annie Genevard, députée LR du Doubs, accuse la future loi et ses partisans : « Scandale d'un texte ignorant l'intérêt supérieur de l'enfant en le privant de son droit le plus élémentaire à avoir un père et à pouvoir s'inscrire dans une généalogie crédible. Mensonge d'une majorité qui, pour affirmer que les enfants élevés par des couples de femmes se porteront aussi bien sinon mieux que ceux qui vivent au foyer de leur père et de leur mère, s'appuie sur des études fallacieuses réalisées par des militants. Apories d'un gouvernement qui, pour congédier le réel, affirme que n'importe qui peut occuper la place du père - même une grand-mère (sic !) - et que l'accouchement n'est plus une condition suffisante pour être mère ! »

« Durant l'examen de ce texte, la majorité et le gouvernement n'ont cessé d'affirmer, comme un mantra, leur satisfaction d'avoir eu, sur ces sujets importants, un “débat apaisé”. Je veux tordre le cou à cette tentative de manipulation de l'opinion publique ! Elle vise à faire accroire qu'Emmanuel Macron aurait réussi à faire passer une réforme sociétale en douceur, contrairement à ce qu'avait fait son mentor François Hollande en 2013 ! », dénonce-t-elle.

Cependant, « contrairement à ce que veut laisser croire l'exécutif, le débat parlementaire sur le projet de loi bioéthique n'a débouché sur aucun consensus, l'opposition bataillant même jusqu'au bout pour éviter les dérives les plus flagrantes. »

Mme Genevard précise que « la droite a pris ses responsabilités en parvenant à éviter certaines dérives telles que la PMA post-mortem, la FIV avec réception d'ovules de la partenaire (Ropa) et l'extension du diagnostic préimplantatoire visant à identifier, pour les éliminer, les embryons porteurs de trisomie 21. »

« À l'heure du bilan de cette première lecture, il est crucial que nos concitoyens sachent que, malgré les dénégations, la GPA constituera la prochaine étape d'une évolution désormais immaîtrisable. La notion de “projet parental” fait en effet le lit de cette “GPA éthique” », prévient la députée.

« (…) Un projet de loi qui congédie purement et simplement le réel », voilà ce que soutiennent la majorité des députés. Jusqu’où cela va-t-il nous entraîner ?

Nathalie Burckhardt


Photo : Assemblée nationale, Paris, France - Sean X Liu [CC BY-SA 2.0] - Flickr
Source : Bioéthique : un débat apaisé, vraiment ?

Recommandés pour vous

>