fbpx
Menu Fermer

Royaume-Uni : la dictature du genre persiste et signe

Atterrant : deux enfants de 10 ans, Karsey et Farrel, ont été privés d’école pendant une semaine après avoir demandé à leur professeur la permission d'être dispensés de la « leçon LGBT » du mois de la fierté. Il s’agit ici de l’école primaire Heavers Farmer, située à Croydon, dans le sud de Londres, selon le journal anglophone LifeSiteNews.

L'enseignant a refusé l'autorisation en alléguant que la leçon LGBT faisait partie du programme et était obligatoire. Voici une preuve de plus, s’il en était besoin, de l’invasion de l'idéologie LGBT imposée dans les écoles d’Outre-Manche !

Après la classe, le professeur principal aurait accusé l’un des enfants, Farrell, d'avoir utilisé un « langage homophobe ». Celui-ci avait déclaré qu'il n'avait pas « accepté les cours LGBT » à cause de sa foi chrétienne. Plus tard, Susan Papas, la directrice de l'école primaire, a été jusque crier sur les deux enfants, devant toute la classe : « Comment osez-vous ? Vous êtes la honte de l'école ! ».

Kaysey, la petite fille, affirme qu'elle a été maintenue punie et enfermée pendant cinq heures, de 10 heures à 15 heures ce jour-là. Elle livre ce précieux témoignage : « Avant que les gens prennent connaissance de ce que le groupe LGBT enseigne, tout le monde était complètement confiant de son identité. Mais maintenant, les gens sont confus, et ils disent qu'ils sont bisexuels et trans, parce qu'ils sont confus. »

« Cela touche vraiment les autres enfants », a expliqué Kaysey, « car à présent, ils perdent confiance en eux-mêmes, ils se regardent et se demandent : Pourquoi suis-je cette personne ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas être quelqu'un d'autre ? »  Elle termine par cette phrase terrible : « Les écoliers doivent maintenant choisir leur sexe à l'âge de quatre ans. »

Finalement, la directrice de l’établissement, qui a interdit aux enfants l’accès à l'école pendant cinq jours à cause leurs supposées déclarations anti-LGBT, a été signalée aux autorités locales pour agissement illégal.

Souhaitons que la justice britannique œuvre dans le sens du bien et de la liberté d’expression ! Et que le courageux témoignage des enfants encourage plus d’un à refuser la dictature de la théorie du genre.

Nathalie Burckhardt


Recommandés pour vous

>