Menu Fermer

Strasbourg : la cathédrale transformée en Planétarium !

La cathédrale de Strasbourg a-t-elle vocation à devenir un planétarium ?

La semaine du 3 au 13 juin, une énorme lune a flotté dans la nef de l’édifice sacré. Réplique miniature de notre satellite, l’objet mesurait 7 mètres de diamètre.

Qu’est-ce qui justifie donc l’intrusion de cet objet dans la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg ? Il s’agirait de symboliser le « rapprochement », peut-on lire dans la presse, sans que l’objet de ce rapprochement ne soit précisé. En lisant entre les lignes, on comprend que l’on se trouve face à une démarche vaguement écolo, mêlée d’un soupçon d’œcuménisme.

Le site « Observatoire de la christianophobie » propose une interprétation plus inquiétante : « la première vision de tout initié franc-maçon qui entre dans la Loge, est celle du Soleil et de la Lune encadrant le Vénérable Maître qui se trouve à l’Orient. Ces deux luminaires, souvent considérés comme opposés, apparaissent comme deux manières indissociables de suivre le chemin de l’initiation », peut-on lire sur le site.

Quelle que soit la véritable signification de cette lune, il semble évident que sa présence volumineuse n’a aucun rapport avec la foi chrétienne. Est-elle un moyen de rendre gloire à Dieu ? Non, le lien avec le Créateur n’est rappelé nulle part. Constitue-t-elle un moyen d’expliquer la foi aux fidèles ? Non, la lune n’est l’occasion d’aucune catéchèse. Il s’agit donc, au mieux, d’un objet profane, au pire, d’un symbole ésotérique.

La présence ostentatoire d’objets profanes dans nos églises, accompagne le mouvement de désacralisation de celles-ci. Pour être tout à fait précis, peut-être devrait-on même dire que l’un précède l’autre. Si une église devient momentanément une sorte de planétarium, pourquoi ne pourrait-elle pas devenir de façon durable un musée, une bibliothèque voire un hôtel ?

Souvenez-vous que d’après l’Observatoire du Patrimoine religieux, 5 à 10% des monuments chrétiens pourraient être vendus, détruits ou abandonnés d'ici à 2030. A Angers, l’une de ces églises désacralisées fait carrément aujourd’hui office de discothèque !

Pour ne pas arriver à de telles situations, la première chose à faire est, bien sûr, d’éviter de donner, même temporairement,une destination profane à nos églises. Elles ont été construites pour Dieu et pour Lui seul ! Et la seconde chose, est d’y célébrer à nouveau les rites qui sont en harmonie avec ces voûtes pluriséculaires. Nos églises et nos cathédrales ont été bâties pour recevoir des effluves d’encens et pour résonner de chants sacrés, pas pour servir de caisse de résonance à des rengaines humanistes et à des célébrations infantiles.

Remettre l’église au milieu du village, exige de remettre aussi Dieu au milieu de l’église !
Posted in Divers

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − dix-sept =