fbpx
Menu Close

Terrorisme médiatique : neuf intellectuels disent « STOP »

Depuis plusieurs mois, le groupe de pression Sleeping Giants contraint les marques à retirer leurs publicités des médias non conformes à leur idéologie gauchiste. La victime la plus célèbre de cette campagne de terrorisme médiatique est sans doute la chaîne de télévision CNEWS, honnie de ces sycophantes du politiquement correct pour accorder régulièrement la parole à Éric Zemmour.

Nutella, entre autres, a annoncé le retrait de ses annonces publicitaires afin de protester contre la présence du polémiste préféré des Français à l’antenne. Même si la manœuvre n’a pas fait chuter les audiences de la chaîne, bien au contraire, elle la frappe néanmoins durement au portefeuille.

A présent, c’est Boulevard Voltaire et Valeurs Actuelles qui sont victimes de ce chantage à la pensée unique. Neuf intellectuels, parmi lesquels Gabrielle Cluzel, Jacques de Guillebon et Ivan Rioufol, ont publié une tribune dans les colonnes de l’hebdomadaire conservateur afin de protester contre cette dérive totalitaire.

« Il souffle dans l’espace médiatique un vent mauvais. Son nom est censure. Sa méthode est délation. Qu’ils se nomment Sleeping Giants, Laetitia Avia ou encore Quotidien, ils censurent, désinforment, dénoncent et désorientent, jouant ainsi avec le feu, exploitant un climat délétère davantage dû à la perte de confiance vis-à-vis des médias qu’à une quelconque "libération" d’une "parole raciste" aussi fantasmée qu’absente », mettent en garde les signataires qui dénoncent à juste titre les « Sleeping Giants » comme « fer de lance » de cette censure.  « Pourtant, la loi interdit le boycott », rappellent-ils.  « Si un annonceur se plie à ces exigences, il finira par devenir moralement responsable de chaque parole, chaque « écart », chaque « dérapage » de tel ou tel chroniqueur. C’est donc tout un écosystème économique qui se trouve aujourd’hui menacé. »

Les signataires remettent les censeurs à leur place : « un journaliste n’est ni juge, ni procureur. Un militant « Sleeping Giants » bien caché derrière son pseudonyme et son compte anonyme, n’est pas flic et encore moins un héros, simplement un ennemi de la démocratie.»

« Pas de liberté pour les ennemis de la liberté », vociféraient les sans-culottes. Il semblerait qu’ils ont aujourd’hui trouvé de nouveaux héritiers…

Antoine Béllion


Recommandés pour vous

>